reunion publique

Les incivilités font réagir !

Comme nous l’indiquions le mois dernier dans le dossier de Carros Infos, la commune a décidé de prendre le problème des incivilités à bras le corps, notamment en passant à une phase plus répressive. C’est ce qu’a rappelé le maire à l’occasion de la réunion publique mensuelle qui s’est tenue sur ce sujet et qui n’a pas manqué de faire réagir la population.

Pour l’occasion, Charles Scibetta était entouré de plusieurs techniciens de la commune et de la métropole ainsi que de collègues élus dont notamment Alain Macario (délégué à la qualité de vie), Xavier Quinsac (délégué à la sécurité), Jean Cavallaro (délégué à la solidarité, aux affaires sociales et au logement). Ils ont écouté les Carrossoises et Carrossois et ont tenté d’apporter des réponses et des solutions aux problématiques rencontrées. Sur les encombrants et déchets, il a notamment été rappelé qu’ils étaient enlevés le lundi matin mais qu’il était surtout possible d’appeler le 3906 pour fixer un lieu et un horaire de rendez-vous. L’enlèvement des encombrants est bel et bien un service gratuit. Pourtant, certains individus continuent à effectuer des dépôts sauvages. Comme l’a rappelé le maire, les sanctions doivent s’accentuer dans ce domaine. Autre problématique : celle du stationnement anarchique. Si la « tolérance zéro » est systématiquement appliquée lorsque le stationnement en question représente un danger, elle le sera davantage encore après les travaux à venir qui permettront d’augmenter la capacité de stationnement sur la commune. Il a cependant été souligné qu’en six mois, 80 voitures ventouses avaient été enlevées. Concernant les déjections canines, Laurence Bordon, responsable du service propreté à la métropole Nice Côte d’Azur, a indiqué que 23 agents et 2 chefs d’équipe étaient affectés au nettoyage de Carros. Si certains faisaient un effort de propreté, il serait possible de diminuer le nombre d’agents et donc… le coût pour la collectivité ! Enfin, concernant les actes d’incivilité, le maire rappelait la difficulté d’intervenir dans la mesure où le flagrant délit doit être constaté. L’usage des caméras de vidéosurveillance devrait aider en ce sens. Au final, la lutte contre les incivilités passera par plus de communication, plus de présence sur le terrain et l’organisation d’opérations « coup de poing ».